Année 1931 : c'est pour un terrain vague, basé sur la route de Saint-Héand, doté d'une superficie de 38 000 m2, que Monsieur Geoffroy-Guichard se porte acquéreur au prix fort. Pour ensuite le céder à des conditions préférentielles à l'ASSE.Le club, qui possède une trésorerie embryonnaire, répond favorablement à l'offre. Pierre Guichard sait qu'en ces temps, où tout était à faire et où pour prendre une une dimension supplémentaire, il ne fallait pas hésiter à investir.Il parvient dès lors à réunir des investisseurs, plus ou moins importants. Une somme de 600 000 F est trouvée. Du coup, le chantier peut commencer.Les travaux sont ainsi confiés à la société parisienne qui avait sorti de la terre le stade Yves-du-Manoir, à Colombes. En quelques semaines, les près marécageux sont transformés en une surface lisse et verte.

 

 

Le terrain est alors entouré d'une piste d'athlétisme. Et le grand jour arrive. Le stade est inauguré le 13 septembre 1931 en présence de personnalités de l'Association Sportive Stéphanoise de la ville et de L'Etat. La journée se ponctue par le premier match de l'ASSE, qui s'incline 8-3 face à l'AS Cannes, demi-finaliste de la coupe de France. Mais personne ne se moque de ces jeunes joueurs amateurs. Saint Étienne avait un stade. Il lui restait désormais à se constituer une équipe, et à rassembler un public.Et Pierre Guichard très vite compris que la réussite passait par l'aventure du professionnalisme naissant. Il pose alors la candidature de l'ASSE à la Fédération Française de football ; qui l'acceptera le 26 juin 1933. Le club est affecté au championnat de deuxième division, Groupe Sud. Et les premiers Verts créent déjà la sensation en terminant second, juste derrière Alès. L'engouement du public commence à se faire sentir.Les gens viennent de plus en plus nombreux au stade. A un tel point que certains travaux s'imposent. Déjà ! ainsi, à la tribune d'honneur de 700 places, s'ajoute une tribune latérale, rue de la Tour. Deux ans après, des gradins assis sont bâtis, toujours rue de la Tour. Plus tard les "Populaires", situés derrière les buts, seront montées à l'aide de déblais, et la tribune Henri-Point commencera à éclore face à la tribune officielle. A l'époque, le stade est la propriété de la famille Guichard, via la société ADOSIA.

 

 

Ce n'est qu'en 1957, année du premier titre de champion de France, que l'on entame la modernisation des installations. La piste est supprimée, le terrain revu et corrigé, et les virages rectifiés, coupés au carré. D'un stade en forme d'éllipse, on passe à un stade rectangulaire, avec des tribunes à la verticale. Typiquement britannique.Les travaux sont exécutés par la Société forezienne de Travaux Publics, l'entreprise de Roger Rocher, alors supporter distant et encore président de l'Olympique de Saint Etienne, son propre club. En dépit des premiers succès de l'AS Saint Etienne, le stade n'est pas rentable, les dirigeants de l'ASSE s'employent alors à convaincre Pierre Guichard de céder son bien à la ville. Celui-ci accepte. A charge pour la municipalité de procéder à la modernisation du stade et d' n financer le coût. La vente est signée le 10 novembre 1965. Pour déboucher sur le bon accord, la ville passe comme un contrat de confiance, débloquant 65 millions d'anciens francs pour quatre pylônes de 60 mètres de haut, et un éclairage de 635 lux, l'un des meilleurs de France.Pour leur première sortie nocturne, les Verts accueillent l'équipe d'URSS, en préparation pour le Mondial 1966. Avec Yachine, Ponomarev, les Soviétiques atteindront les demi-finales de la "World Cup". Ce soir là, Pierre Bernard encaissera cinq buts, et les attaquants stéphanois resteront impuissants face au légendaire Yachine.

 

 

L'acquisition du stade a coûté 135 millions d'anciens francs. Une somme qui permet d'indemniser la famille Guichard et de rembourser les actionnaires, dont l'ASSE, à hauteur de 35 millions. Trois ans après, la municipalité édifie, dans des délais records, la nouvelle tribune Henri-Point, et procède en même temps à la couverture des tribunes Nord et Sud.Dès lors, Geoffroy-Guichard prend son aspect des temps modernes pour ne plus changer. La veille du match de Coupe d'Europe contre le Celtic Glasgow, champion d'Europe en titre, le mardi 17 septembre 1968, les derniers coups de pinceau et de marteau sont donnés. Et à l'heure du déjeuner, Roger Rocher et Michel Durafour, maire de St Etienne, offrent, sur la pelouse, le champagne à tous les ouvriers et techniciens pour célébrer l'heureux événement.Le lendemain ,alors que le stade se gonfle de 30 000 supporters, Roger Rocher est heureux de montrer le nouveau St Etienne : trois tribunes rénovées et combles. C'est devenu la capitale du football français.Les Écossais vont essuyer les plâtres : défaite 2-0 ! Au fil des rencontres européennes, de ce théâtre va naître et se perpétuer le mythe du "Chaudron Vert". Et Geoffroy-Guichard va s'imposer comme le titre d'un feuilleton télévisé qui qui explosera le le plafond d'écoute, et les indices de satisfactions. Grâce aux Verts, la France profonde apprend la géographie et découvre des noms inconnues comme : Split, Kiev...Geoffroy Guichard devient le carrefour des passions poussées jusqu'au paroxysme. On n'y déplore aucun incident, sauf lorsque débarquent les hooligans de Manchester-United, un soir de septembre 1977.Geoffroy-Guichard reste la croisée des chemins du football français en Europe. On y vient de tous les coins de l'Hexagone. Les quarantes-mille places du stade ne suffisent plus quand on concerne quarante millions de Français. La municipalité en est consciente et décide en 1972 de nouveaux aménagements.

 

 

La tribune Henri-Point est dotée de locaux destinés aux équipes amateurs. En face, sont construits, sur pilotis, les bâtiments administratifs, avec salle de conférence, salon d'honneur, et logement pour les stagiaires. Les vestiaires sont complètement refaits avec un cabinet médical et une salle de rééducation. Mais, on n'en restera pas là. Le stade va encore connaître des améliorations. L'occasion en est donnée avec le projet d'organisation de l'Euro 84 en France. Doté de 39 750 places à l'époque, le stade verra sa capacité monter à 45 000 places. Les performances sportives et la notoriété européenne de l'ASSE, depuis plusieurs années, sont une raison particulièrement convaincante.Enfin, plus récemment, le Chaudron Vert connaît sa dernière toilette à l'occasion de la Coupe du Monde 1998. Les parties inférieures et supérieures des tribunes Nord et Sud ne forment plus q'un. Les places debout sont détruites car la FIFA exige des stades avec des places assises, uniquement. Ce qui fait redescendre le nombre de places a 36 000. La pelouse est entièrement refaite. Un balcon de 5 000 places est rajouté à la tribune Henri-Point. Les salons, les loges, les vestiaires, le poste de sécurité et le coin media sont entièrement rénovés.Avec la remontée des Verts en D1, Saint Etienne et Geoffroy Guichard, où l'on prend le pouls du football français, restera le monument des grands sons et lumières d'hier et demain.

 

 

 

Une partie de Geoffroy Guichard leur appartient :

 

Jean Snella :

D'origine polonaise, il est né le 9 décembre 1914 en Westphalie. Venu de Lille en 1938, comme joueur, il revint dan le Forez une première fois en 1950, en tant qu'entraîneur. Le premier a prôner une politique de jeunes, il permit à l'ASSE d' obtenir son premier titre de champion de France en 1957. Après une incursion au Servette de Genève, il regagna Saint Etienne en 1963 et y termina sa carrière. Il est décédé en 1979.

 

Pierre Faurand :

Il est devenu, à 38 ans, le plus jeune président du club, lorsque Pierre Guichard décide de laisser sa place en 1954-1955. C'est sous sa présidence que le club obtiendra son premier trophée, la coupe Drago en 1955.

 

Charles Paret :

Il a été détaché de Casino par Pierre Guichard, lorsque le club a pris de l'ampleur. En 1962, il devient Secrétaire Général du club, et fait partie du conseil d'administration, jusqu'à son décès à la fin des années 70.

 

Henri Point :

Il était directeur des ventes chez Casino. Il est nommé vice-président de l'ASSE en 1933. Il s'éteint en 1934.

 

 

 

 

Historique - Palmares - Le Stade - Kop Nord - Kop Sud - Effectif - Actualité - Jeux - Liens - Clin d'oeil - Forum

Menu principal - Entrée